Et vous ?

Vos tests et vos avis comptent

ux-design-webdesign-app-mobile-business-interface
Écrit par Camille

L’un des moments les plus importants pour une start-up est celui où son service devient ouvert au grand public (Go live). C’est à ce moment que le rêve devient réalité mais, parfois, il devient cauchemar. En effet, il y a de nombreuses différences entre un site qui tourne sur l’ordinateur d’un développeur et un site ouvert au grand public.

Des différences auxquelles on ne pense pas toujours

Si le développeur peut respecter des standards, certains navigateurs peuvent ne pas les respecter, ce qui rend certains affichages incohérents, comme, par exemple, un bouton de confirmation qui ne s’affiche pas. Il en est de même avec les applications mobiles : il est impossible de tester toutes les tailles d’écrans de tous les téléphones, c’est pourquoi certaines applications s’affichent mieux sur certains téléphones que sur d’autres.

Chaque mise en production (sans exception) vient avec un lot de problèmes plus ou moins importants et malheureusement, il est impossible de tout tester.

Le bêta-testing

Une solution à ce problème est de simuler ce Go Live avec un petit groupe d’utilisateurs/testeurs. Le principal avantage est que l’on se met dans les mêmes conditions qu’une mise en production grand public, donc on va rencontrer les mêmes problèmes, mais ceux-ci ne vont toucher qu’une faible partie des utilisateurs.

En effet, certaines tâches ponctuelles comme la génération de certificats ou la préparation de captures d’écrans ne sont pas forcement des tâches planifiées initialement et peuvent reporter, voir bloquer une mise en production. Et si cet évènement a été annoncé dans les médias, cela donne une mauvaise première impression du service.

Réaliser une mise en production auprès de bêta-testeurs permet de lever en avance tous ces bloquants qui pourraient mettre en péril la livraison de l’application au grand public.

Capture d’écran 2016-04-21 à 17.37.25

Pendant la livraison

Une fois les problèmes d’infrastructures liés à la livraison résolus, il faut être prêt à écouter les retours des premiers bêta-testeurs car ceux-ci sont les plus importants. Il y a cependant 2 cas à distinguer :

Une mise à jour visuelle : dans ce cas, les commentaires seront pour la plupart négatifs dans un premier temps, car l’utilisateur sera perdu avec le nouveau visuel, puis il commencera à s’y habituer. Il faut bien identifier les commentaires liés aux “goûts et humeurs” des utilisateurs, des commentaires vraiment constructifs liés à l’utilisation.

Le lancement d’un nouveau service : dans ce cas, il est important de récolter tous les feedbacks car ceux-ci viennent de vrais utilisateurs qui n’utilisent pas forcément le service comme il avait été pensé initialement. De plus, certaines actions, naturelles pour l’équipe qui développe l’application ou ceux qui utilisent le service quotidiennement, ne le sont pas pour quelqu’un qui découvre le service pour la première fois.

C’est la complémentarité des feed backs explicites (retours par mail et téléphones) et implicites (métriques d’utilisation) qui permettent de faire évoluer le service en fonction des besoins des utilisateurs.

Capture d’écran 2016-04-21 à 17.40.16

Et après

Une fois que les principaux retours des bêta testeurs ont été corrigés il suffit de livrer une nouvelle version mais au grand public cette fois-ci. Il y aura de nouveaux problèmes qui vont ressortir, mais ceux-ci seront en théorie moins graves et moins fréquents. Une start-up Agile se devant de livrer fréquemment et de façon transparente, devra garder cette communauté de beta-testeurs pour lui faire tester en avant-première les prochaines nouveautés du service. C’est ainsi que le cycle recommence : réalisation d’une fonctionnalité, mise en service auprès des beta-testeurs, corrections, mise en service au grand public.

CycleDamélioration

Quel avantage pour les beta-testeurs ? 

Pour certains utilisateurs très attachés à une marque, c’est devenu un privilège d’être beta testeur d’un service. En plus d’avoir des fonctionnalités inédites, ils sont catégorisés comme « super-user » auprès des compagnies proposant ces beta-testing, ce qui renforce la relation entre l’utilisateur et la compagnie. Cette relation peut même amener jusqu’à un entretien d’embauche, comme ça a été le cas chez Payname.

Exemples concrets

Facebook propose à n’importe qui de tester les nouvelles fonctionnalités de son application Android. Ils ont aujourd’hui des milliers d’utilisateurs qui testent leurs services en avant-première à travers le monde.

Google a lancé ses Google Glass à des beta-testeurs qui devaient débourser 1500$ pour se les procurer. Cela a permis à Google de se rendre compte que le produit n’était pas encore adapté au marché et n’a finalement pas lancé le produit, évitant ainsi un flop.