Lumière sur...

Les innovations au service de votre portefeuille

Consommer autrement grâce aux nouveaux services en ligne

Consommer autrement grâce aux nouveaux services en ligne

Avec l’essor du numérique, les solutions sécurisées pour gérer et utiliser son argent différemment fleurissent sur le web et les applications mobiles. Ces services sont de nouvelles opportunités de reprendre le contrôle de son argent et méritent donc d’être connus de tous. Entre les innovations proposées par les startups de la FinTech et les nouveaux usages collaboratifs, voici un tour d’horizon de ces solutions pour redonner du sens à ses dépenses et de l’autonomie dans la gestion de ses finances personnelles.

Mieux gérer son argent

De plus en plus de personnes n’ont plus une mais plusieurs banques. La « multibancarisation » (être client de deux banques ou plus) concerne 77% des Français, selon une étude Audirep publiée en octobre 2014. Il existe aujourd’hui des applications qui récupèrent automatiquement les transactions et produisent des analyses pour comprendre nos dépenses, rentrées d’argent, etc. Ces applications, type Bankin’ ou Linxo, simplifient la gestion des comptes bancaires en consolidant les informations issues de plusieurs comptes dans une même interface. Pour les personnes qui n’ont pas nécessairement le temps ou qui ne sont pas à l’aise avec l’argent, elles offrent une visibilité sur ses comptes de manière ludique et évitent les découverts et frais bancaires excessifs.

Il peut cependant exister parfois une réticence à consulter ses comptes depuis son mobile en cas de vol ou perte de son smartphone. L’avantage de ces applications est qu’elles n’affichent que la visualisation des comptes mais ne donnent pas la possibilité d’effectuer une transaction ou un quelconque mouvement d’argent.

Avantages des app de consultation de compte

Enfin, pour gérer son argent à plusieurs cette fois, on trouve des solutions comme Splitwise ou Tricount qui permettent de lister ses dépenses et faire ses comptes entre amis lors d’une activité de groupe par exemple (ski, vacances, city-trip, colocation, …).

Sécuriser ses transactions, faciliter les paiements entre particuliers

Le cobanking : payer entre particuliers

Une fois la liste des dépenses entre amis faite, il reste encore la question du remboursement. C’est la vocation de la solution Payname qui favorise les échanges d’argent entre particuliers de manière simple, gratuite et sécurisée. Elle permet de créer une cagnotte pour un remboursement à plusieurs et même d’anticiper les dépenses. L’intérêt d’une telle plateforme est de réaliser tout type de paiement entre particuliers. Les achats d’objets d’occasion par exemple, sont de plus en plus fréquents sur des plateformes comme LeBonCoin ou Stootie, que ce soit pour la revente d’un cadeau de Noël qui ne servira pas ou encore l’acquisition d’un canapé presque neuf à moitié prix. Le site payname.fr permet notamment le paiement en 3x sans frais et le déblocage de la somme à la réception du colis. En 2016, le pionnier du cobanking, s’enrichira de nouveaux services et notamment d’une carte bancaire pour devenir une néo-banque à part entière.

Mutualiser : des solutions pour son assurance et son entreprise

Saviez-vous qu’il est possible de mutualiser ses franchises d’assurance dommage (automobile, habitation, moto) avec ses proches et ce, sans changer de contrat d’assurance ? Il suffit de demander à ses proches de contribuer à sa franchise en cas de sinistre et, en même temps, de s’engager à contribuer à leur franchise de manière équivalente quand eux-mêmes auront un sinistre. Récemment Inspeer a lancé ce système très facile d’utilisation qui ne nécessite aucune démarche auprès de son assureur.

L’utilisateur choisit les personnes avec qui il souhaite « mutualiser » sa franchise, et pour chacune d’entre-elles, il fixe un montant de participation réciproque en cas de sinistre. Lors d’un sinistre, il le déclare à son assureur puis il renseigne le justificatif sur le site. Inspeer se charge ensuite de la collecte auprès de ses partenaires et il n’a plus qu’à récupérer ses fonds. Autre atout : un algorithme développé par la startup permettant de réaliser des statistiques de sinistralité. Côté rémunération, l’utilisateur ne paie rien tant qu’il n’a pas de sinistre. Les sommes sont collectées uniquement en cas de sinistre de l’utilisateur et Inspeer prélève une commission uniquement à ce moment.

Le monde professionnel dispose également de services pour faire grandir les entreprises grâce à la mutualisation. Dans la veine de l’économie collaborative, il est possible de fédérer des acteurs pour mutualiser les ressources et les besoins. France Barter, par exemple, est un réseau d’échanges pour les entreprises qui centralise et sécurise les transactions de biens et services via une plateforme web. Un tel système représente un moyen de développer son entreprise à travers l’échange de factures (ventes et achats payés par compensation). Cette solution permet aux entreprises d’utiliser leur propre production pour régler des achats de biens et services, sans avoir à puiser dans leur trésorerie. Finexkap a également créé un outil innovant qui permet aux entreprises B-to-B de toutes tailles de se faire racheter des factures en attente de paiement non-échues.

Placer, prêter, empruntez, épargner autrement !

Payer, emprunter, épargner, prêter, placer

Les banques traditionnelles gèrent l’argent de leurs clients sans que ceux-ci aient une visibilité sur les placements, l’épargne, etc. Le développement de nouvelles formes d’investissement, d’épargne, d’emprunt et de prêt offre aujourd’hui la possibilité de choisir où investir et à qui prêter de l’argent : en somme, donner du sens à ses actes concernant ses finances personnelles. Wiseed, plateforme française n°1 en « equity crowdfunding » depuis 2008, permet de choisir et de financer collectivement les plus belles startups françaises. De nombreuses plateformes de crowdfunding, telles que Ulule ou encore My Major Company, participent à la démocratisation du financement participatif en France.

Chacun peut devenir banquier

Les particuliers peuvent également prêter de l’argent à des projets qui font sens grâce au crowdlending : le financement participatif par prêt. Grâce à cette méthode, chacun peut devenir banquier et prêter de l’argent à un particulier – comme sur Prêt d’Union – ou à une entreprise – comme sur Lendix, Unilend, Lendopolis, Bolden ou encore Finsquare. Le prêt aux PME reste une activité risquée. Lendopolis rappelle que, dans le crowdlending, mieux vaut diversifier au maximum son investissement pour lisser les risques : « une personne qui sera positionnée sur une centaine de projets en un an gardera un rendement positif malgré un défaut ». Et belle évolution pour le crowdlending, une modification du projet de loi de finances rectificative (amendement n°718 du PLFR), adoptée depuis le 1er décembre 2015, permet aux particuliers qui consentent ce type de prêts d’imputer sur les intérêts perçus la perte en capital subie en cas de non remboursement de ces prêts.

La confiance n’exclut pas le contrôle

Concernant l’épargne, les moins fortunés sont souvent obligés de confier leur épargne à une banque classique. Le résultat : une épargne qui ne rapporte rien, des conseillers fantômes et des relevés une fois par an. La devise d’Advize « la confiance n’exclut pas le contrôle » démontre l’intérêt d’une solution qui rend des comptes sur nos placements.

Consommer entre particuliers pour économiser 

Innovation finances personnelles

Le développement d’intermédiaires « tiers de confiance » sur Internet et la baisse du pouvoir d’achat des français jouent également un rôle important dans le développement de nouvelles formes de consommation plus collaboratives. Voyager à plusieurs, louer son appartement, vendre ses vêtements, acheter des objets d’occasion, revient à collaborer entre particuliers pour consommer « malin », faire des économies et générer des revenus alternatifs. Faire ses activités quotidiennes à plusieurs, comme ses trajets maison-bureau en covoiturage (Blablacar, Coovia), repenser la façon d’organiser ses loisirs pour dépenser moins ou louer son hébergement de vacances à un particulier (AirBnB), permet à la fois de faire des rencontres, d’économiser en mutualisant les ressources et même de gagner de l’argent.

La Maif a une très forte implication dans l’écosystème de l’économie collaborative et réinvente son métier. À travers le fond MAIF Avenir, l’assureur a déjà investi dans différentes solutions innovantes telles que Koolicar (auto-partage de véhicules entre particuliers), Guest to Guest (auto-partage de lieux d’habitation entre particuliers), Mutum (échange et prêt d’objets entre particuliers), Mes Dépanneurs, ou encore Payname (paiements entre particuliers).